Rechercher

🐚🦐🪔🐡 GastéropOde🪔🐡 🦐🐚

Le premier roman de Cécilia Castelli est une véritable métempsyCause potentielle de la hausse des commandes de plateau de fruit de mers. Une réCLAMSe lancée à la foule des adeptes de cannibalisme iodé !


Sur la promenade de vos vacances, le mal de mer vous guette à chaque coin de table. Votre regard se pose sur chaque rassemblement d'halieux-dits. Vous salivez à chaque squâme qui vive. Vous papillonnez à chaque poisSon de la mer. Vous collez vos pavillons à tous les orMots qui passent. Vos yeux reluquent l'opercule du bulot, l'antenne de la crevette grise, le pied de l'amande et la nacre de l'huître. En eaumnivore, vous reniflez chaque brin de mer, vous ouïssez de toutes les bigorNotes clapotante. Et enfin attablés au Rhino, le restaurant du bord d'eau, si vous ne savez plus distinguer la pulpe métamorphique de l'humain branchic du crustacé pur louche, c'est que les meauxluxes de l'auteure ont gagné votre esprit.


Une confusion des chairs que l'imaginatrice de mollusque insuffle à chaque ingurgitation. Au fil de l'engloutissement des produits de la mer, la frontière amphibienne se fait plus poreuse. La liquéfaction des nerfs, des muscles, des neurones conquièrent les gobeurs-gobés. Peu à peu la peur de l'oVide vous gagne pour métaforer un puits de sciences-poétiques au fil des pages


💘Les bivalves de l'Officine ont palpité au rythme de l'encre de la plume octopulsante de l'auteure ajaccienne.💘



72 vues