2047, la Corse est consacrée plus vieille île de France par l’Institut de la Longévité Cérébrale, talonnée de près par Basques et Bretons. Passés au crible du passéomètre ils avaient atteint des pics de nostalgie. Soumis au détecteur des souvenirs, ils avaient franchi le sommet des regrets. Et  face à l’imaginographe, ils avaient érigé un mur de traditions. Toutes générations confondues, ils avaient atteint un âge psychologique canonique.

Tournés vers leurs racines, ils se mirent à creuser la terre pour y semer les graines de leurs mémoires fantasmées. Confrontés à l’irréductible verticalité végétale, ils interrompirent progressivement leur programme de sénescence et inversèrent le cours de leur âge. De guetteurs du passé, ils tentèrent de devenir des contemporains du futur.

Cette quatrième saison des épopées fabuleuses explorent de nouvelles postures jardinières. Greffeurs d’espèces jouvencelles, les fabulistes des hespérides sénîles tentent par pousses successives quelques séances de dressÂge. Abolissant le zoocentrisme des vertébrés tassés pour élaborer une société verticale de ligneux en crues perpétuelles. Couvrant les hommes bleus d’un hâle vert nourricier, parant les dermes de joyaux plantureux, affublant les corps hétérotrophes d’armures nourricières, contaminant l’inorganique pour l’animer, cultivant les caprices de la pourriture céleste.

Fabula #4

13,50 € Prix normal
10,00 €Prix promotionnel